Fontainebleau Le Théâtre Impérial entre en scène

Le ministre de la culture et le Sultan d’Abu Dabi ont inauguré mercredi le Théâtre Impérial du château de Fontainebleau, joyau resté caché pendant 150 ans. Une merveille.

Dernière mise à jour : 01/05/2014 à 12:54

Ne l’appelez plus le théâtre Impérial, ou Napoléon III : le petit bijou architectural qui se cachait à l’abri des regards au sein de l’aile Louis XV du château de Fontainebleau depuis 150 ans s’appelle désormais le Théâtre Cheick Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, du nom du président des Émirats Arabes Unis. Car sans le geste de l’Émir, qui en 2007 signait un mécénat à hauteur de 10 millions d’euros pour rénover la salle, le théâtre serait encore, et sans doute pour longtemps, resté caché.

Mercredi soir, sept ans presque jour pour jour après la signature du partenariat, le Cheikh Sultan et la ministre de la culture Aurélie Filippetti étaient à Fontainebleau pour l’inaugurer. L’événement avait de quoi attirer les journalistes du monde entier : il s’agit du dernier théâtre de cour, conservé dans un état remarquable malgré les ans. Il faut dire qu’il n’a servi qu’une dizaine de fois. « L’atout maître est qu’il nous soit parvenu dans cet état 150 ans après », déclarait le président du château Jean-François Hebert.

En petit comité seulement

Cinq ans d’études et deux ans de travaux auront été nécessaires pour mener la minutieuse et coûteuse rénovation. Au total vingt corps d’état sont intervenus. Des artisans principalement qui ont restauré les soieries capitonnées, les moquettes fleuries et les ornements. Une prouesse quand on voit le résultat : il parait neuf et semble avoir défié le temps.

Le sultan en profitait pour saluer la « coopération entre nos deux gouvernements. Ce projet souligne la profondeur des relations qui nous unissent, et le rôle de la culture dans le développement du patrimoine ». Aurélie Filippetti, elle, évoquait un « magnifique joyau, un lieu superbe chargé d’histoire, sans équivalent dans notre patrimoine ».

Un joyau dont la rénovation n’est pas tout à fait terminée. Le château attend que les fonds de la seconde partie du mécénat soit débloqués pour rénover la scène et les espaces supérieurs. Alors, le théâtre pourra redevenir un lieu de spectacle, mais pas sans réserve : « Il pourra accueillir des pièces de théâtre et des concerts, mais dans des conditions très restreintes, en petit comité » prévient Jean-François Hebert. Alors qu’il comportait 400 places à l’origine, sa jauge a diminué de moitié. Une concession nécessaire pour préserver le joyau. Car il n’est plus question de le cacher aux yeux du monde.

Yoann VALLIER

Comment le voir ?
Le théâtre est accessible tous les jours dans le cadre du circuit « Second Empire » qui comprend le musée chinois, le cabinet de travail de Napoléon III et le salon des Laques d’Eugénie. Visite guidée : 15,50 euros. Renseignements au 01.60.71.50.60.
Fontainebleau, 77

  1. Geoffroy
    3 mai 2014 14:17
    Merci aux sanguinaires princes, adeptes de l'esclavage, de la torture, de la peine de mort et du djihad international d'acheter notre noble culture délaissée par nos élites corrompues (gauche et droite confondues). Car finalement qu'est-ce que 10 millions pour la France, berceau des Lumières et des droits de l'Homme, cinquième état le plus riche du monde ? Dans ce joyau de l'Art restauré sera-t-il possible d'assister à des représentations du « Tartuffe » de Molière et de « Mahomet, ou le Fanatisme » de Voltaire avec Salman Rushdie, dont on vient de « célébrer » les 25 ans de fatwa, pour invité d'honneur ?

La newsletter

Inscrivez-vous et recevez les informations par email.

Votre opinion

Nicolas Sarkozy a annoncé son retour en politique ce week-end. Vous a-t-il convaincu ?
Chargement ... Chargement ...
Vidéo du moment

Après Lana Del Rey et Anne Calvi, c'était au tour du rocker Jack White d'investir le château de Fontainebleau pour session "live" et acoustique étonnante.

Instagram

À Feuilleter

Une Supplément Grande Guerre
Les archives

Revue de web

    fournis par Google