Évry-Grégy-sur-Yerre Les échanges pour le déblayage du camp rom toujours en cours

Le ramassage des tonnes de déchets qui s'étalent le long de l'A5b et de la D48 n'est pas encore pour demain. Les administrés vont devoir prendre leur mal en patience. La raison ? Une affaire de gros sous.

09/01/2017 à 10:45 par vanessa relouzat

Les déchets s'étendent sur une longueur de 600 mètres le long de l'A5b et de la D48 -
Les déchets s'étendent sur une longueur de 600 mètres le long de l'A5b et de la D48 -

« La nuit, on peut voir des rats filer sur la route. C’est dégueulasse (sic) ! » Cet habitant de Combs-la-Ville, ville voisine d’Évry-Grégy-sur-Yerre, ne décolère pas. Depuis l’évacuation du camp rom le 8 novembre dernier, sur un terrain le long de l’A5b et de la D48, les déchets, laissés à l’abandon, s’étendent sur 600 mètres et ne sont toujours pas déblayés. De quoi provoquer le ras-le-bol général des administrés qui s’impatientent et ne comprennent pas pourquoi le problème de cette pollution visuelle n’est toujours pas réglée deux mois plus tard.

Concertation en cours

« Une concertation est en cours actuellement entre les services de l’État, le conseil départemental et la société d’autoroute APRR, les différents propriétaires du terrain », explique Jérôme Normand, sous-préfet sous l’autorité du préfet de Région, chargé des questions des campements illicites.

Le Département nettoiera à partir
du 16 janvier

Daniel Poirier, le maire d’Evry-Grégy-sur-Yerre, qui a envoyé des courriers au Préfet et au Président du Conseil Départemental signale que « le Département reprendra les opérations de déblaiement le 16 janvier sur ses emprises ». Une partie du concessionnaire d’autoroute APRR a déjà été déblayée mais il reste encore plusieurs tonnes de déchets et de ferrailles à nettoyer. « C’est très impressionnant, en effet, admet le sous-préfet. C’est un des sujets les plus compliqués à traiter pour les propriétaires car cela représente un coût important et cela nécessite de mobiliser des moyens. »

Rappelons que le coût total du déblayage s’élève à quelque 360 000 €. Une question de gros sous donc qui ne permet toujours pas de donner une date, pour ce qui est de la partie de l’État, même approximative, de l’activation des pelleteuses !

Dépôts sauvages

D’autant que le phénomène des dépôts sauvages se multiplie en Seine-et-Marne, notamment à la sortie de Melun, à l’entrée de l’A5 mais également, quelques kilomètres plus loin, à la sortie de Moissy-Cramayel. « Ce problème a tendance à s’accentuer malgré l’ouverture de déchetteries et les discussions engagées avec les acteurs du domaine», indique Isoline Millot, vice-présidente en charge de l’environnement et du cadre de vie, dans un communiqué. Le coût des 1 082 tonnes de déchets – dont 27 tonnes d’amiante – ramassées en bordure des 4 325 km de routes départementales en 2015 s’est élevé à 662 000 € et a mobilisé 12 agents à temps plein.

Alors, le Département annonce renforcer son arsenal de lutte contre ces incivilités, grâce à une subvention de plus de 360 000 € de la Région Île-de-France, dans le cadre du fonds régional de propreté.

L’objectif ? Une réduction de 20 % en 3 ans. Pour atteindre cet objectif, un Observatoire des déchets de bords de routes et espaces publics vient d’être mis en place. Une bonne résolution à ne pas jeter aux ordures !

77166 Évry-Grégy-sur-Yerre

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Melun - Jeudi 27 avril 2017

Melun
Jeu
27 / 04
11°/1°
vent 18km/h humidité 100%
Ven14°-2°
Sam16°-2°
Dim17°-7°
Lun16°-6°
Résultats sportifs de votre région
Go